Bourgogne-Franche-Comté

Brebis intoxiquées : collecte pour aider des éleveurs transhumants !

10.07.2017 .


10.07.2017

Passionnés de chevaux et de brebis, bergers depuis 2010 sur gros troupeau sur differents massifs de France, engagés pour la biodiversité végétale et animal, Emeline et Walter Lavolet sont installés depuis novembre 2014 en Saône et Loire, en élevage ovin viande.

Ils élèvent des brebis de race Raïole (race menacée originaire des Cévennes) dans un système de plein air intégral avec deux périodes de transhumance :

  • A partir de début mars s'effectuent les agnelages, l'engraissement et la vente des agneaux depuis la bergerie située en Saône-et-Loire.
  • Le système se poursuit fin mai en Savoie par l'estive du troupeau qui va rejoindre un groupement pastoral.
  • De mi-octobre à décembre, le troupeau retourne à la bergerie pour la lutte (reproduction).
  • De décembre à début mars, pendant la période de gestation, le troupeau se déplace sur le massif de la Clape (Aude).

 

Une Histoire dramatique : mort de 31 agnelles après intoxication pendant l'hiver

Le matin du 23 janvier 2017, 6 bêtes sont retrouvées mortes parmi le cheptel d'agnelles.

Suite à l'autopsie d'un cadavre par l'ONCFS puis des vétérinaires, le bilan tombe : les agnelles ont consommé de grandes quantités de Férule commune, plante agissant comme anti-coagulant.

Les agnelles rescapées sont éloignées du secteur dangereux, soignées à la vitamine K1, mais au final 31 bêtes succomberont les jours suivants.

Pour les éleveurs, c'est un coup très dur au moral et aux finances car les agnelles devaient assurer le renouvellement du troupeau et l'assurance ne prendra pas en charge cette perte.


Lancement d'une collecte pour compenser la perte

Pour pouvoir assurer le renouvellement des vieilles brebis et avoir toujours autant de colis d'agneaux à proposer à la vente, il est indispensable de racheter les agnelles manquantes.

Ce coup dur, s'il n'est pas résolu, fragilise beaucoup l'entreprise et le poids des investissements de l'installation ne leur permet pas d'autres emprunts.

Walter et Emeline ont donc décidé de lancer une collecte sur internet.

 

Pour les soutenir, rendez-vous ICI !