Home > Nos positions > Une autre image de la viticulture
Partager sur :

VITICULTURE : NOS POSITIONS

Une autre image de la viticulture

Sur le délicat dossier des Droits de Plantation, FNSEA* et CNAOC* (ceux-là même qui avec les Vignerons Indépendants, en 2007 ont laissé filler nos Droits de Plantation en contre partie de subventions rondelettes !) crient victoire alors que les négociations continuent avec la Commission dans le cadre de la PAC*. Et même si le combat contre la dérégulation devait être gagné, que deviendront les capacités de développement de la production bourguignonne après 2018, quand il faudra négocier nos nouveaux droits au sein d'Interprofession renforcée ?
Sous pression de l'INAO et du Négoce, la viticulture Côte d'Orienne en accord avec les autres départements Bourguignons, s'ouvre sur le Beaujolais. Sa volonté de construire une grande Bourgogne sera-t-elle récompensée, malgré la mise en place des Bourgogne Côte d'Or, alors que les systèmes d'aides étatiques font deux poids et deux mesures pour une même production ?
Le prix du foncier continue de grimper en fonction de la renommée Bourguignonne. Certains de nos responsables font mine de découvrir seulement maintenant les conséquences de cette évolution sur le caractère familiale de nos exploitations. Il serait temps de réagir à l'impossibilité grandissante pour nos jeunes de s'installer !
Il est aussi urgent de réconcilier la viticulture avec la société. Cela ne se fera pas sans une évolution importante de notre mode de travail à la vigne. Les techniques existent. Le plus grand nombre d'entre nous doit pouvoir les expérimenter en toute sécurité.

Au niveau national la Confédération paysanne demande une politique spécifique de soutien aux viticulteurs et à la filière viticole à travers :

Un revenu minimal décent à partir de prix rémunérateurs, prenant en compte les coûts de production (ex. : main-d'oeuvre) et les cahiers des charges par appellation (prix minimum),

Une véritable politique européenne viticole pour maintenir les droits de plantation, réguler les volumes mis en marché (cadastre viticole) et promouvoir l'image du vin et des terroirs,

Des interprofessions de bassin pluraliste, vraiment représentative de la diversité économique, ouverte à tous les syndicats, et véritablement transparente. Une régulation mondiale des échanges, pour contrôler les importations et éviter le dumping social.

Fédérer les Vignerons-Artisans afin que la profession reconnaisse leur spécificité en matière de production et de commercialisation.

Un foncier plus accessible et mieux maîtrisé pour installer des jeunes vignerons (refus de l'accaparement des terres, de la spéculation et de la financiarisation des vignobles).

Au niveau départemental la Confédération paysanne veut mettre la Chambre d'Agriculture au service de l'indispensable mutation
NOUS CONTACTER Confédération Paysanne de Bourgogne-Franche-Comté -
19 grande rue, 25800 VALDAHON, 03 81 26 05 97, bfc[at]confederationpaysanne[point]fr