Home > Campagnes solidaires > n° 378 - décembre 2021
Partager sur :

CAMPAGNES SOLIDAIRES


Campagnes solidaires est le mensuel de la Confédération paysanne, engagé avec les paysans et les acteurs du mouvement social dans l'émergence d'autres mondes possibles.

C'est un point de ralliement pour ceux qui veulent comprendre les réalités de la vie et des luttes paysannes dans le monde et ici en Europe.

C'est aussi un espace pour ceux qui veulent s'exprimer sur ces réalités et la manière d'agir sur elles.

Informer, c'est contribuer au débat sur les sujets de société tels que les OGM, la sécurité alimentaire et la mondialisation...

Campagnes solidaires, notre, votre journal, tente chaque mois de restituer les résistances et les espoirs de ces luttes. Nous avons besoin de vous pour continuer ce combat.

Le numéro du mois

n° 378 - décembre 2021
Editorial
Sommaire Dossier Archives

Editorial

La 3° révolution agricole sera paysanne !

Le gouvernement actuel, main dans la main avec la FNSEA*, nous annonce une 3° révolution agricole (1) : elle sera numérique, robotique et génétique, et pour eux c'est une chance immense à saisir pour la France. La start-up nation va pouvoir ainsi investir, abaisser ses coûts sociaux en liquidant toujours plus de paysannes et de paysans, les rendre encore davantage dépendant·es … tout ça pour conquérir de nouveaux marchés et faire tourner le commerce.
Le pire, c'est qu'ils y croient.
Impossible d'entendre des idées pareilles sans vouloir renverser la table et remettre les pendules à l'heure !
Nous opposer aux méga-bassines, c'est refuser cette fuite en avant technologique, refuser ces artifices qui tentent de préserver à tout prix un modèle dépassé.
C'est affirmer que ce modèle du passé est prédateur de l'agriculture paysanne, prédateur du climat, des communs et de la planète.
Ces méga-bassines ne sont pas du stockage d'eau de pluie mais bien du pompage dans la nappe qui reste pourtant le moyen le plus économique et le plus performant de préservation et de stockage. Nous ne sommes pas opposé·es à l'irrigation, ni au stockage, mais complètement contre tout accaparement et toute privatisation de la ressource, qui plus est à grand renfort d'argent public.
Impossible de faire confiance plus longtemps aux fossoyeurs de l'agriculture qui ont fait disparaître deux tiers des paysannes et des paysans en 30 ans et qui pensent que nous sommes encore trop nombreux !
Notre précarisation et notre disparition ne sont pas une fatalité mais un choix politique déterminé et assumé. Comme est assumé le fait de détraquer le climat et de foutre en l'air la biodiversité pour continuer à répondre aux « signaux du marché ».
Les actes tels que le démontage de la pompe de la méga-bassine de Cramchaban, le 6 novembre, sont forts car notre survie est en question !
Tant que des annonces de suspension des travaux des bassines et de reprise de discussions démocratiques et plurielles ne seront pas prises, nous resterons mobilisé·es.
Tant que le pompage et l'utilisation de l'eau continueront illégalement, malgré des décisions de justice, nous resterons mobilisé·es.
Ce ne sont pas les intimidations qui nous feront reculer : l'illégalité et la violence, certains les pratiquent ardemment depuis trop longtemps pour venir se poser en donneurs de leçons.
Ce ne sont pas non plus les prises de position de ministres qui vont nous faire douter : la violence institutionnelle envers le monde paysan a fait grandir notre colère et notre détermination. Nous luttons pour la survie d'un monde paysan, pour la survie de nos savoir-faire et de nos existences face à des orientations politiques qui n'ont de cesse de vouloir nous faire disparaître pour industrialiser tranquillement et jusqu'au bout le monde agricole.
La 3° révolution agricole sera paysanne !
Elle sera sociale et écologique, riche en France d'1 000 000 de paysannes et de paysans que nous voulons et dont nous avons besoin.

Nicolas Girod,
paysan dans le Jura,
porte-parole national



(1) Après une première révolution mécanique (machinisation) une deuxième chimique (engrais et pesticides).

NOUS CONTACTER Confédération Paysanne de Bourgogne-Franche-Comté
19 grande rue, 25800 VALDAHON, 06 31 59 85 38, bfc[at]confederationpaysanne[point]fr