Home > Campagnes solidaires > n° 369 - février 2021
Partager sur :

CAMPAGNES SOLIDAIRES


Campagnes solidaires est le mensuel de la Confédération paysanne, engagé avec les paysans et les acteurs du mouvement social dans l'émergence d'autres mondes possibles.

C'est un point de ralliement pour ceux qui veulent comprendre les réalités de la vie et des luttes paysannes dans le monde et ici en Europe.

C'est aussi un espace pour ceux qui veulent s'exprimer sur ces réalités et la manière d'agir sur elles.

Informer, c'est contribuer au débat sur les sujets de société tels que les OGM, la sécurité alimentaire et la mondialisation...

Campagnes Solidaires, notre, votre journal, tente chaque mois de restituer les résistances et les espoirs de ces luttes. Nous avons besoin de vous pour continuer ce combat.

Le numéro du mois

n° 369 - février 2021
Editorial
Sommaire Dossier Archives

Editorial

Non au « dépeuplement » !

Le Sénat français se penche actuellement sur la protection du patrimoine sensoriel des territoires ruraux : « Les sons et les odeurs qui caractérisent les espaces naturels font partie du patrimoine de la nation ». Formidable ! Seulement, les ami·es, profitez en vite ! Car pendant que le législatif protège la campagne, une stratégie sanitaire exterminatrice est à l'œuvre, avec en ligne de mire l'élevage en plein air.

La nouvelle épidémie de grippe aviaire dans le Sud-Ouest est une fois encore l'occasion de stigmatiser les éleveurs et éleveuses irresponsables qui laissent leurs animaux aller dehors. Le confinement de l'élevage sur une même ferme est pourtant plus sûr que les bâtiments fermés d'une filière hyper segmentée (cf.p.8-9). Malgré cela, l'administration, en lien avec l'industrie, profite de l'occasion pour imposer des protocoles totalement inadaptés à l'élevage paysan.

On nous a déjà fait le coup avec la peste porcine africaine. C'est la même démarche pour les normes concernant les ateliers de transformation à la ferme. Et que dire de la recherche de la présence de salmonelles dans les élevages de poules pondeuses où les prélèvements sont réalisés dans l'environnement extérieur ?

Le « dépeuplement » (terme officiel, doux euphémisme pour dire l'abattage total des élevages) (1) : telle est trop souvent la réponse aux problèmes sanitaires posés par l'industrialisation des modes d'élevage. Dans le cas de la tuberculose bovine, l'abattage des vaches ne suffit pas, la faune sauvage (blaireau) doit y passer aussi !

Alors, plus d'animaux, plus de nature... plus de paysan·nes ?

Et bien non ! la Confédération paysanne ne laissera pas passer cette pseudo évolution qui, poussée à son paroxysme, nous mène tout droit à la viande cellulaire fabriquée en laboratoire par de grandes firmes dont les actionnaires et soutiens sont déjà Bill Gates, Xavier Neel ou d'autres acteurs du nouveau cybermonde (2). Après les actions syndicales en défense des éleveuses et éleveurs de porcs (peste porcine), de canards et autres volailles (grippe aviaire) et de poules pondeuses (salmonelles), le Salon à la ferme – organisé par la Confédération paysanne fin février au temps d'un Salon de l'Agriculture dont l'édition 2021 a été annulée (voir le dossier de ce numéro) - sera l'occasion d'alerter nos concitoyen·nes pour amplifier nos luttes contre ces dérives.    


Denis Perreau,
paysan en Côte-d'Or,
secrétaire national


(1) Début janvier, la FDSEA* des Landes réclamait le « dépeuplement total » des élevages de canards du département quand le ministre de l'Agriculture parlait de « dépeuplement massif » inéluctable.

(2) https://urlz.fr/eMI7

NOUS CONTACTER Confédération Paysanne de Bourgogne-Franche-Comté
19 grande rue, 25800 VALDAHON, 03 81 26 05 97, bfc[at]confederationpaysanne[point]fr